Après avoir goûté aux joies de l'Île de Pâques, il est temps de retourner dans le vif du sujet. A moi les hauts sommets du nord de l'Argentine. 

Et ouais, je vais prendre un peu d'altitude, histoire, je l'espère, de découvrir de nouveaux paysages de rêve. Ca risque d'être long à lire...

12

Mais avant de te raconter tout cela, je dois t'avouer une de mes grandes difficultés. Oui, toi, tu lis ces lignes tranquillement assis dans ton canapé, ou dans ton lit, ou encore mieux, au bureau. Mais pour les écrire, je dois t'avouer que ce n'est pas si facile. Comment t'expliquer cela sans passer pour un petit gars qui se plaint, alors qu'il côtoie tous les jours des paysages de rêves ? Ben en fait, l'écriture d'un site, c'est pas si évident : il faut trier les photos, les redimensionner pour qu'elles ne prennent pas trop de temps à télécharger sur le site, les envoyer sur Internet, afin que tu puisses les voir, modifier le site pour créer la nouvelle aventure, et aussi, sûrement ce qui m'importe le plus, écrire un article qui soit plaisant à lire. Je dois t'avouer que je ne reçois que très peu de retours, et la motivation est de temps en temps difficile à trouver. Mais ne t'inquiète pas, je vais continuer à relater mes aventures.

 

Un autre point difficile est de trouver le temps. A l'heure où je t'écris ces lignes, je suis à San Pedro de Atacama. Au nord du Chili, à seulement quelques heures de partir pour une expédition de 3 jours vers le Salar d'Uyuni, une autre étape superbe de mon périple. Et je sais que si je n'écris pas maintenant, je vais avoir du mal à rester à jour... Et vu le temps que j'ai pris à Santiago pour écrire tous ces articles, monter ces vidéos, trier ces photos, je me dis qu'il faut que je me fixe une certaine rigueur à ce sujet.

 

C'est bien évidemment sans compter sur les moyens mis à bord par les auberges. Et oui, la fibre, ici, ça n'existe pas, ou très peu. Il faut trouver le bon endroit pour avoir un accès Internet. Et ça, ce n'est pas si aisé. Un détail que j'avais oublié en me lançant dans la confection de ce site. 

Allez, je te fais rigoler un petit coup : voici l'ordinateur de mon auberge actuelle : autant dire que ce n'est pas gagné...

Si tu as aimé cette page, je t'invite à "liker" cette page ou à me laisser un petit commentaire.

Au retour à Salta, on s'installe dans une nouvelle auberge. Avec piscine cette fois ! Et on rencontre un autre français, qui a l'air plutôt sympa : Antoine ! On en profite pour échanger nos numéros. On verra si on le recroise...

 

Cette fois, on se met en route vers le nord de Salta, dans la région de Jujuy. On va y voir des montagnes érodées par le temps, qui découvre plusieurs strates géologiques. Oui, je sais, la géologie, c'est pas ton truc. Moi non plus. Par contre, le mouvement des plaques a fait apparaitre tout un panel de couleurs, qui est juste magnifique à regarder !

Entre temps, marre des bonbons, on a acheté des vrais feuilles de coca ! On se retrouve donc comme deux rigolos à mâcher notre mixture, afin de titiller une fois de plus des hauteurs à plus de 4000 mètres. Et une fois de plus, ça marche : pas de mal des hauteurs. Un bon entraînement pour la suite.

 

Premier point de chute : Tilcara. On passe la journée à trouver une petite route qui nous emmène au site de Hornocal, qui offre 14 ou 17 strates de couleurs différentes (en fonction des sources). On a pas eu de chance : le temps n'était pas vraiment avec nous, ce qui fausse la luminosité pour les photos.

On s'est rattrapé le lendemain avec notre deuxième point de chute : Purmamarca. Un flanc de montagne nous offre 7 couleurs bien distinctes.

 

Les photos ci-dessous.

Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate
Vers Cafayate

Mais revenons à mes aventures. Après Santiago, j'ai pris le bus pour Mendoza, où j'ai rejoint le bon Loïc. Lui, n'étant pas allé à l'Île de Pâques a bien avancé, et en a profité pour aller faire la tournée des caves de vin de la région. Le jour où j'arrive, il fait un temps vraiment pas super. Ca me donne pas trop envie de rester. Et puis Lolo a bien envie d'avancer. Du coup, on prend notre ticket de bus : direction Salta. 

 

La région de Salta est très connue dans le coin pour ces paysages totalement dépaysant, avec des déserts, des montagnes... Enfin, tout ce qui va me permettre de prendre de belles photos. Après une petite soirée en ville, on loue une voiture, et on se retouve une nouvelle fois sur la route, toujours la même musique dans les enceintes, en direction de Cafayate, un peu plus au sud (tout de même 8 heures de route - oh France !  quand je vais te retrouver, tes distances vont me sembler tellement courtes...). Et voilà, c'est parti : on s'aventure sur des routes de montagne magnifiques, on continue sur des routes en terre, et on monte tranquillement... jusqu'à plus de 4000 mètres. Je dois t'avouer qu'à ces hauteurs, l'auteur de ces lignes est un peu essouflé. On en profite pour acheter nos premiers bonbons à base de coca, plante qui permet d'éviter les maux de tête et surtout de s'acclimater plus facilment aux hautes altitudes. Derrière la montagne : un paysage de western : un désert avec des cactus ! Ca peut te paraître un peu ridicule comme comparaison, mais je t'assure, on y était. Une bonne occasion de se mettre du bon blues dans la voiture... Pour redescendre vers Cafayate, on traverse de superbes plaines, entourées de montagnes qui le sont tout autant.

 

La soirée approche, et on rencontre dans notre auberge d'un soir Saar, un Israëlien qui voyage seul (fait rare pour être souligné) depuis 5 ans (!!!). On discute de nos vies, enfin surtout de la sienne. On parle politique. On parle légitimité d'Israël. Tu me connais, j'en profite pour être un peu "provoc'", mais il réagit vraiment bien. Du coup, on lui propose de partager notre belle Chevrolet pour faire la route du retour vers Salta, via une autre vallée.

 

Assez parlé, voici ci-dessous les photos de cette épopée.

Et comme d'habitude : https://goo.gl/photos/ErkySYroqGS4cHUo9

 

Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Serrania de Hornocal
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores
Siete Colores

Ah, mais oui, on recroise Antoine lors de notre périple de 2 jours. Il nous dit qu'il repasse par Salta. Nous aussi. On s'y recroisera.

 

Pour en revenir à notre deuxième journée, après les 7 couleurs que tu as pu voir au-dessus, on se dirige vers notre premier désert de sel : Salinas Grande. Je dois t'avouer que cet endroit est magique. Pas forcément grand, mais magique. Ca nous donne l'eau à la bouche pour le Salar d'Uyuni qu'on devrait croiser dans quelques jours. 

 

Allez, je t'en fais aussi profiter.

Plus de photos ici : https://goo.gl/photos/ZEYqKGCtK8uWGtx18

Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes
Salinas Grandes

Le site de Salinas Grandes visité, on se remet en route pour Salta. Devine qui on retrouve (bon cette fois-ci, c'est pas compliqué) : l'ami Antoine. On discute, on rigole, on se trouve une nouvelle fois pleins de points en commun, et du coup, on décide de continuer un bout du périple ensemble.

 

La suite : assez tranquille. On profite de Salta pour se reposer, charger les batteries, et préparer la suite de notre voyage, qui va nous faire une fois de plus traverser la Cordillère vers le Chili. On part vers San Pedro de Atacama, ses déserts, ses montagnes (mais je viens de le faire ça non ?), mais aussi ses geysers et surtout une ambiance vraiment agréable !

 

Mais ça, tu commences à t'y habituer, ce sera pour une autre fois..

14 avril 2016 - 19 avril 2016

Région de Salta

- Les aventures continuent en altitude -